New bannière

Le Burkina Faso fait régulièrement recours aux ressources d’emprunt pour le financement de son économie. Le bénéfice des ressources se fait soit par le marché financier régional soit par la mobilisation des appuis budgétaires ou la mobilisation des financements sous forme de prêts projets. En ce qui concerne les ressources d’emprunt local, une émission d’emprunt d’Etat dénommée "Soutien à la production" a été réalisée pour la première fois en 1996. Cette opération avait pour objectif la mobilisation de l’épargne nationale en vue du financement des secteurs de production notamment le secteur rural, le secteur informel, l’artisanat et les activités rémunératrices des femmes. Ce qui devait permettre la résorption des difficultés d’accès au financement bancaire que rencontrent ces secteurs. Le succès rencontré par cette opération, a convaincu l’ensemble des acteurs sur la possibilité de recourir au marché financier pour la collecte de l’épargne en vue de réaliser des projets d’investissements. Depuis lors le Burkina Faso, à travers le Trésor Public, a procédé à plusieurs émissions d’emprunts obligataires sur le marché financier de l’UEMOA. Conformément aux dispositions réglementaires, ces opérations font l’objet de large diffusion dans le public. L’appui ou aide budgétaire ou appui programme est une forme d’aide consentie par certains partenaires au développement et consistant à mettre à la disposition du budget d’un État des ressources non ciblées sur la base d’un cadre fédérateur des initiatives de développement du pays bénéficiaire. L’aide budgétaire permet à un État d’effectuer les dépenses inscrites dans la Loi de Finance selon les procédures nationales. Elle se différencie en cela de l’aide projet qui utilise des procédures spécifiques pour financer des actions clairement identifiées.

Les principaux partenaires multilatéraux et bilatéraux du Burkina Faso

Plusieurs bailleurs de fonds interviennent ainsi au Burkina Faso soit à travers le financement des projets soit à travers le financement des programmes par des apports en dons ou prêts. Au titre des partenaires multilatéraux on compte : le Fonds Européen de Développement de l’Union Européenne (FED/UE), la Banque Arabe pour le Développement Économique en Afrique (BADEA), Banque Islamique de Développement (BID), le Fonds de l’OPEP pour le Développement International (OFID), le Système des Nations Unies, la Banque Africaine Développement (BAD), le Fonds International de Développement Agricole (FIDA), la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), l’Association Internationale de Développement (IDA), la Banque Européenne d’Investissement (BEI), la Banque d’Investissement et de Développement de la CEDEAO, le Fonds de Développement Nordic, le Fonds Monétaire International (FMI). Au titre des partenaires bilatéraux on peut citer : l’Allemagne, la France, le Fonds Saoudien de Développement (FSD), le Fonds Koweitien pour le Développement Économique en Afrique (FKDEA), les Pays-Bas, le Japon, l’Autriche, le Fonds Abû Dabhi, le Danemark, l’Inde, la Suède, la Suisse, le Taiwan, la Nordea Bank. Les pays donateurs disposent pour la plupart d’organes et des structures de coopération qui participent à la mise en œuvre de la coopération au développement.

DGTCP

logoB

 Le Trésor Public, la quête permanente de l'excellence.

Contacts

Ouaga 2000

Secteur 52 avenue Muammar Kaddafi

01 BP 92 Ouagadougou 01

Burkina Faso

Tel: (226) 77 98 39 39 / 25 37 56 68

 

Koulouba

806 avenue de l'independance

01 BP 92 Ouagadougou 01

Burkina Faso

Tél : (226) 25 32 49 41/51/87/89/91/92